Harry Plast et l’environnement


Depuis 35 ans nous développons nos emballages dans l’optique du développement durable

Harry Plast est certifié ISO 14001 Matières premières, processus de fabrication, traitement des déchets, toute notre chaîne de fabrication répond à la Norme ISO 14001. L'ensemble de nos innovations, développées en interne, nous ont valu d'être distingué par l'INPI

Lors de notre fabrication, nous n’utilisons aucun solvant, détergent, ou autre produit nocif, toxique ou volatile. Nous ne fonctionnons qu’à l’énergie électrique et ne rejetons aucun gaz ni fumée dans l’atmosphère.

Nos matières sont composées de matière recyclée dans des proportions variables selon les arrivages et les livraisons de nos fournisseurs. Nos principaux fournisseurs se trouvent dans un secteur géographique proche permettant la maîtrise des transports.

Nous fonctionnons en circuit fermé de telle sorte que nous ne produisons aucun déchet qui ne soit traité. Notre entreprise a organisé depuis toujours le tri sélectif de ses déchets et leur revalorisation par le recyclage. Nous disposons de plusieurs bennes dans lesquelles nous trions et jetons nos déchets de fabrication (chutes de coupe, matière utilisée pour les réglages, incidents de production, …) mais aussi le papier, le carton et le bois de nos palettes. Nous trions en fonction des différents matériaux pour un traitement optimum. Nos déchets sont collectés à l’usine par une société spécialisée qui les retraite et les recycle en matière première.
 
Nous sommes réferencé par l'organisme Eco-Emballages. En 2011, nous avons apporté de nombreuses améliorations à nos bâtiments, notre mode de production, et tous nos collaborateurs sont sensibilisés à l’éco-conception, ce qui nous a permis d’obtenir la Norme ISO 14001 Environnement.


Éco-Emballages est le principal organisme agréé qui prend en charge la responsabilité d'élimination de ces emballages d'une part, en mettant en place une collecte sélective, d'autre part, en proposant une garantie de reprise. Sous réserve que des conditions de qualité soient respectées : les " prescriptions techniques minimum " (PTM). Ces PTM ont été définies avec la société Valorplast qui regroupe les producteurs et transformateurs de résine, qui joue donc le rôle de correspondant d'Éco-Emballages pour la filière plastique recyclable
 
 

Réconcilier le plastique et l'environnement



Le polyéthylène est un matériau plastique recyclable écologique : Sa fabrication est propre, ne produit que peu de déchets et n'émet pas de substance nocive. Il fait partie de la famille des thermoplastiques, recyclables et revalorisables à 100% dont le traitement ne nécessite que peu d'énergie.

Le sac plastique et l’environnement
 
 - Il participe à la prévention élément essentiel du développement durable. Tout déchet évité est un déchet qui ne sera pas traité
 - Sans emballage plastique (films et sacs), le poids total des emballages serait multiplié par 3, l'énergie nécessaire pour produire ces emballages serait multipliée par 2 et le volume des déchets serait multiplié par 1,5 Il est le champion de l'économie des ressources et donc de la réduction à la source. Les sacs plastiques sont réutilisables et ainsi 80 % sont réutilisés (sport, transport, pique nique, poubelles). Il faut savoir que les capacités d'élimination sont limitées d'où le grand intérêt d'une deuxième vie
 - Les sacs utilisent 0.2 % des ressources par rapport aux 29 % consommés par les carburants, ou les 35 % par le chauffage
 - Le pouvoir calorifique du polyéthylène est de 46 mégajoules contre 44 pour le fioul ce qui veut dire qu'en brûlant dans un incinérateur des polyéthylènes on économise l'équivalent en fioul.  Ainsi cette valorisation énergétique a permis d'économiser 540 000 tonnes équivalent pétrole (source SPMP)
 - A l'incinération, il dégage de la vapeur d'eau et du gaz carbonique et en aucun cas de la dioxine comme le clament à tort certains médias
 - C'est un produit entièrement recyclable. Les sacs plastiques sont triés, ils peuvent être récupérés (Opération AUCHAN) et recyclés.
 - Il s’acquitte du point vert, c'est un emballage citoyen


Harry Plast vous informe sur la Valorisation et le Recyclage du plastique
 
Valorisation énergétique

C'est le premier mode de valorisation. Le plus naturel (puisque le plastique est issu du pétrole) et celui qui a les préférences de la profession, comme le reconnaît M. Marc Lebossé, président de la CSEMD, " le recyclage nous permet d'éliminer le seul problème du plastique qui est un problème d'image. Nous pensons en notre for intérieur que la valorisation thermique est une bonne solution. " Trois arguments militent en ce sens :
 
Tout d'abord, le plastique a un pouvoir calorifique élevé, comparable, voire supérieur, aux sources d'énergie traditionnelles. Le plastique permet ainsi d'améliorer la combustion et donne moins d'imbrûlés dans les mâchefers. Au total, la combustion du plastique dans les 80 UIOM (usines d'incinération d'ordures ménagères) équipées d'un système de récupération de chaleur permettrait d'économiser chaque année 540 000 tonnes d’équivalent pétrole. Le plastique peut également être utilisé comme combustible dans les chaudières industrielles (Soplaril à Arras qui utilise ses déchets de fabrication pour former de la vapeur pour fabriquer ses films d'emballage) ou en cimenteries (les déchets utilisés sont des déchets industriels).
 
Ensuite, l'incinération est une solution facile pour des quantités d'emballages qui sont trop souillées ou trop petites pour être récupérées (sachets, pots de yaourt...).
 
Enfin, l'incinération des plastiques ne pose pas de problème spécifique en termes de nuisances. Si le plastique dégage du gaz carbonique et de la vapeur d’eau, comme tous les autres déchets, il ne contient que très peu de fluor et pas de soufre. Ainsi, selon le SPMP, si, par hypothèse, on retirait les plastiques des déchets ménagers incinérés, on arriverait au résultat paradoxal que la combustion dégagerait davantage de polluants sans les plastiques qu'avec. Reste le problème du chlore qui n'est pas toujours analysé sans passion et, par conséquent, parfois sans suffisamment de précaution. Le plastique ne contient pas de chlore. A l'exception d'un polymère : le PVC. La combustion du plastique ne dégage donc aucun gaz nocif ou toxique.
 
Recyclage
 
Les déchets plastique recyclables comme les films, sacs et autres emballages peuvent être collectés. Triés et lavés, il sont fondus pour faire une nouvelle pâte qui elle-même sera de nouveau transformée en granules qui pourront retourner dans le circuit de l’extrusion ou de l’injection pour donner vie à de nouveaux produits. Bien souvent, la matière recyclée dite régénérée sert aux fabricants de sacs poubelles mais les industriels travaillent aussi avec de la matière qui allie granule vierge et granule recyclée. Nombre de films contiennent aujourd’hui une part de produit recyclé dont la proportion atteint parfois jusqu’à 30%. Des opérations de récupération de films plastique sous toutes ses formes auprès des entreprises génératrices de déchets voient le jour et organisent des collectes de proximité à des fins de recyclage. La célèbre opération Bouchons d’amour parrainée par Jean-Marie Bigard collecte les bouchons de plastique des bouteilles qui sont fondus et la patte ainsi recrée sert à la fabrication de nouveaux produits comme les palettes plastique. Ethique Environnement collecte les déchets plastique recyclables  (films étirables, rétractables, déchets plastique, déchets d’emballage, …).
 
 
Matières à durée de vie maitrisée
 
 
Matière recyclable et recyclée
 
Toutes les matières transformées chez Harry-Plast SA sont des plastiques recyclables à 100% : polyéthylène basse densité, polyéthylène haute densité, polypropylène, coex tri-couches. Harry-Plast utilise des protecteurs en polyéthylène sur les adhésifs, des films transparents recyclables également en polyéthylène. Le logo de recyclabilité (cercle de Moebius) confirme ce processus. Par ailleurs une part variable de la composition de nos matériaux comporte déjà du plastique recyclé
 
Matière bio-fragmentable
 
C’est un polyéthylène associé à un additif constitué d’un mélange de substances pro dégradantes, de stabilisateurs de charges, qui permet de transformer le polyéthylène en matière dégradable. Cette matière se fragmente spontanément en 3 mois sous l’effet de la lumière, de l’oxygène et de la chaleur et se dégrade totalement dans un délai de 2 à 3 ans. Son processus de dégradation ne produit que de l’eau, du CO2 et de la biomasse mais aucune substance nocive pour les sols, la croissance des végétaux et la vie animale.
 
Matière bio-dégradable
 
Ce sont des matières à base de matière végétale, essentiellement de la fécule de pommes de terre ou de maïs. La matière se dégrade complètement par l’assimilation par les bactéries. A ce jour, cette matière est extrêmement chère (de 3 à 5 fois le prix du PE), et le temps de dégradation est long.
 
Sacs réutilisables développement durable
 
Dans un souci d’écologie, que nous prenons très à cœur, Harry-Plast commercialise des sacs cabas dit à « Développement durable », réutilisable de nombreuses fois.
Harry-Plast souhaitant être innovant sur ce préoccupant sujet qu’est la préservation de notre environnement, nous créons et développons régulièrement des produits avec de nouvelles matières et de nouveaux procédés qui leur permettent d’être réutilisés et réduire ainsi la consommation des matières premières.
 
Mieux connaître le plastique
 
L’emballage plastique recyclable est un produit multifonctions, moderne, symbole pour certains de la société de consommation. La pollution visuelle qu'il génère lorsqu'il est abandonné dans la nature fait souvent oublier ses qualités et les nombreux services qu'il rend aux citoyens. Il souffre à tort d'une image moins valorisante que le sac papier qui pourtant présente un écobilan environnemental beaucoup moins bon (EcoBilan ADEME / Carrefour). La question de la pollution liée à la présence du plastique dans le milieu naturel est posée à l’envers. Nous devrions nous demander quel geste incivique a fait que ce plastique se retrouve dans la nature plutôt que de fustiger la non dégradabilité d’un produit auquel on demande résistance et longévité. La démonstration suivante vaut pour l’emballage plastique recyclable dans son ensemble, qu’il s’agisse d’enveloppe plastique, de pochette plastique ou tout autre film plastique recyclable
 
Les avantages du sac plastique
 
Le sac plastique en polyéthylène a 35 ans. Il est léger, imperméable, recyclable, réutilisable, bon combustible et non polluant sur le plan chimique. Le sac de caisse fabriqué à base de polyéthylène, n'a pas d'action nocive sur les sols et les nappes phréatiques. Sa combustion ne dégage que de la vapeur d'eau et du gaz carbonique. Il est très résistant et ne connaît pas, à ce jour, de produit de substitution. Les critiques qu'il subit sont générées par le manque de civisme de certains consommateurs qui le laissent traîner ou l'abandonnent. Il est alors victime de son faible poids qui lui permet de s'envoler.
 
Les propositions d'évolution du sac de caisse
 
Le sac bretelle traditionnel peut aujourd'hui être complété par une gamme de sacs intégrant pleinement les exigences du développement durable :
le sac bretelles grande contenance - le sac labellisé « NF Environnement » - le sac fragmentable et bio assimilable - le sac bio dégradable - le sac cabas
 
La valorisation énergétique
 
Brûler du plastique est toujours mal perçu par le grand public. Or la combustion du polyéthylène ne produit que du gaz carbonique et de l'eau comme l’ensemble des déchets, mais en aucun cas de la dioxine. De plus le fait de brûler les sacs de caisse dans les centres d'incinération de déchets permet d'économiser 540 000 tonnes (source SPMP) équivalent pétrole chaque année.